La laine stockée dans le hangar voisin de nos tentes nous aurait bien tenu.e.s au chaud pendant cette nuit particulièrement froide passée à Massagettes ! Ce matin, nous sommes à Terre de laine pour notre première rencontre collective.

Reprise en SCOP il y a 4 ans, Terre de laine collecte, tri et valorise la laine provenant du Massif central, en particulier du Puy-de-Dôme, du Cantal et de la Haute-Loire. À notre plus grande stupéfaction, Nadège, la gérante, nous apprend que ce produit est considéré comme un déchet par la filière ovine. Il n’est pas valorisé, notamment dans le département. C’est pourquoi, après des années dans la restauration, Nadège s’est lancée, avec les salariés, dans la création d’un magasin valorisant toute les possibilités de transformation de ce matériau oublié : pelotes, vêtements, isolants phoniques et thermiques, feutre, feutrines, matelas…

Boutique de Terre de laine, crédits : Soline Bouveaux

L’entreprise nous a ouvert ses portes le temps d’une matinée pour un atelier de tri de la laine en compagnie d’une agente du département. Cette activité a permis la rencontre entre pionnier.e.s du territoire et institution publique. Les discussions suscitées ont abordé la mise en valeur de la laine, et plus généralement des produits locaux. Elles ont relevé également les impacts écologiques que peut avoir la filière. En effet, certains vont penser le produit de manière transversale et globale, comme Terre de laine, quand d’autres vont par exemple laver leur collecte de laine en Chine. L’impact environnemental et social varie alors d’une entreprise à une autre.

Fibre de laine, crédits : Charline Gautier

Par ailleurs, le territoire a tout à gagner en renforçant la mise en réseau des différents maillons de la filière ainsi que l’explication des problématiques de chacun d’entre eux. Nadège nous explique que la pédagogie est nécessaire pour faciliter le travail à chaque étape. À titre d’exemple, si les brebis sont tondues en extérieur, la laine sera moins sale que si la tonte se déroule au milieu de la paille. Toute la filière en bénéficierait.

Que retenir de cette rencontre ?

Pour Nadège, chaque territoire a ses particularités. La laine est un produit courant dans le Massif central par la présence d’élevage de brebis. Chaque région pourrait tirer avantage de ses spécialités locales en développant leur filière.

Sarah en plein tri de la laine, crédits : Charline Gautier

À demain,

Charline et Léo.

Plus d’informations : www.terredelaine.fr