Nous sommes sur les routes depuis plus d’une semaine maintenant, et les questions concernant la mobilité dans Puy-de-Dôme deviennent de plus en plus récurrentes.

Avant notre départ en voyage, nous avons étudié les différentes possibilités de déplacement. Il est vite paru évident qu’au vu de nos conditions physiques, le choix l’intermodalité était le plus pertinent. Depuis, nous avons donc allié marche, autostop et train. Même si certaines zones sont facilement joignables, d’autres en revanche, plus reculées, demeurent peu accessibles sans voiture.

Petit tour en 2CV pour aller au marché, crédits : Charline Gautier

Pour ces raisons, nous avons essayé le covoiturage avec Covoit’ici. Ce service est une initiative portée le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne, le Syndicat Mixte des Transports en Commun de Clermont-Ferrand et Covoiturage Auvergne. Cette ligne de covoiturage spontané relie Rochefort-Montagne à Clermont-Ferrand et dispose de plusieurs arrêts. Après avoir acheté nos billets sur l’application, un message lumineux nous a signalé aux automobilistes de passage. C’est ainsi que nous avons rencontré Amélie et Yann, utilisateur.rice.s de Covoit’ici, qui nous ont déposé.e.s à Massagettes. Le service garantit une prise en charge au bout de 15 minutes lors des heures de pointe.

Dans le cadre du voyage, nous avons échangé avec Virginie Delage, chargée de mission Énergies et Mobilités au Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne. Nous abordons ensemble les freins que peut rencontrer ce type de service. En effet, 99% des utilisateur.rice. sont des conducteur.rice.s. Iels sont prêt.e.s à accueillir des personnes dans leur voiture, mais pas à abandonner la leur.
De plus, Virginie nous confirme que le réseau s’est construit autour de Clermont-Ferrand, et que la plupart des trajets se font entre le domicile et le lieu de travail. Il est alors plus facile d’arriver à Clermont le matin et d’en repartir le soir.

Regardons vers l’avant, crédits : Charline Gautier

Beaucoup semble encore à construire sur le département. Les collectivités pourraient être moteurs d’un futur engagement citoyen, comme avec l’expérience Covoit’ici, et aller vers plus de mobilités durables.

À demain,

Charline et Léo.

Plus d’informations : https://www.covoitici.fr/